Bougies parfumées – L’art d’entretenir la flamme

Elles sont partout et plus tendances que jamais. Colorées ou classiques, présentées dans une multitude de contenants différents et couvrant une palette de senteurs et de prix très vaste, les bougies parfumées souffrent pourtant d’un mal qui entache parfois leur réputation : le manque de qualité et de soin apporté à leur fabrication. Quelques pistes pour ne pas s'enflammer trop rapidement...

 

Quoi de plus agréable que la lueur d’une bougie pour venir parfaire une ambiance intime lors d’un dîner, à l’heure du bain ou lorsque l’on a tout simplement envie d’une atmosphère propice à la détente ? Ces dernières années, la bougie parfumée a trouvé sa place dans nos intérieurs au même titre que les fleurs, les accessoires de décoration ou la musique que l’on aime adapter à nos envies et humeurs. Déposée dans le caddy au moment des courses en grande surface, ajoutée au panier juste avant de passer à la caisse d’une grande enseigne de décoration ou de bricolage, dénichée dans une boutique spécialisée ou acquise tel un it-bag malgré son prix élevé car jouissant d’une réputation sans faille,  l’expérience peut ensuite se révéler bien moins agréable que la belle promesse qui nous a fait craquer pour elle en premier lieu !

Que cela soit pour offrir ou se faire plaisir, le premier critère en matière de bougie parfumée reste souvent le même : la senteur. Car passé le cap de l’emballage, qui parfois reste malheureusement la seule valeur ajoutée du produit, c’est la fragrance qui va guider notre choix. En supermarché ou grande surface, le jeu consistera à trouver celle qui joue moins le rôle de répulsif que celui qui est sensé être le sien : nous séduire. Ne nous voilons pas la face, une bougie vendue en grande distribution ne pourra jamais satisfaire pleinement notre odorat délicat car elle se veut accessible et son fabriquant ne peut donc pas employer de véritables huiles parfumées au moment de sa conception. Il faudra donc composer avec un mélange de parfum de synthèse (qui sent fort, très fort) et de cire de paraffine (dérivée du pétrole). Au final, cette bougie remplie sa mission si le but recherché est de masquer une odeur désagréable, comme le faisait en son temps le bon vieil aérosol, qui depuis s’est révélé hautement toxique pour notre précieuse santé. Toxique, c’est également ce que certains reprochent de nos jours aux bougies parfumées. Cire naturelle et parfums de Grasse ou pétrole et parfums synthétiques ? Nous vous laisserons juger du mélange le plus opportun...

Pour fuir cet aspect des choses, certains seront tentés de miser sur une valeur sûre, la bougie de marque. Qu’elle soit connue pour son illustre passé et sa maitrise ancestrale du produit ou parce qu’elle porte le nom d’une maison célèbre dans le monde entier pour tout autre chose que sa capacité à produire des bougies parfumées, on se dirige en premier lieu vers elle car elle se veut belle et désirable, mais aussi gage de qualité. L’acheter est, dans la plupart des cas, un cérémonial, car au delà de la bougie, il y a l’emballage, le contenant (souvent infiniment sexy ou classieux) et enfin le nom/logo de la marque. Celui qu'on aime depuis toujours pour d’autres raisons, ou celui de LA marque dont tout le monde parle. L’offrir devient un plaisir, presque une fierté, car cette fois, et quoiqu’il arrive, on en aura pour notre argent. Enfin peut être… Car cette fois encore, la qualité du produit n’est pas nécessairement au rendez-vous. Côté fragrance, rien à redire, son origine est dans la plupart des cas des plus nobles et elle est développée par des maitres parfumeurs ayant bien souvent fait leurs preuves dans le monde de la parfumerie traditionnelle. Seul bémol, et de taille, la diffusion de la dite fragrance, qui souvent se révèle extrêmement légère, voir inexistante une fois la bougie mise à brûler. La raison ? Un dosage de parfum inférieur à ce qu’il devrait être (que voulez-vous, une huile parfumée de qualité vaut cher, et il faut bien engranger un maximum de bénéfices). La seconde déception vient quant à elle de la cire utilisée pour la fabrication du précieux objet. Un coup d’œil à l’étiquette de composition permet de constater que nous avons affaire dans nombre de cas à une cire « minérale ». Sonnant bien à l’oreille, puisque rappelant à l’instinct le terme appliqué sur l’eau en bouteille, (et donc son origine naturelle) il s’agit ici d’un doux synonyme de la moins glamour paraffine (et oui, encore elle !). Mais alors pourquoi employer une cire constituée de résidus de pétrole pour fabriquer des bougies de grande marque ? Deux raisons : la première est esthétique. Car oui, il faut bien l’avouer, la cire de paraffine fond de façon uniforme et empêche donc l’effet de « creusage » que l’on constate parfois sur des bougies employant des cires naturelles. La paraffine ne laisse également aucun dépôt sur le contenant, ce qui est un vrai atout visuel lorsque ce dernier est transparent. La seconde raison, vous l’aurez deviné, la cire de paraffine coûte deux fois moins cher que la cire naturelle, ce qui, associé à un dosage insuffisant de parfum de qualité, permet à la grande marque d’offrir un produit aux codes esthétiques parfaits et une satisfaction client moyenne, mais suffisante pour réaliser de gros bénéfices sur le produit fini. Après tout, c’est un peu de magie que l’on s'offre ici !

Loin des paillettes des marques renommées, mais aussi de celles qu'il est bien vu de convoiter, viennent les bougies de fabrication artisanale. Se cachent souvent derrière leur création des passionné(e)s dont l'envie première est de partager leur propre interprétation d'un objet qu'ils affectionnent et de créer des collections susceptibles de séduire un public déjà acquis à d'autres. Ne profitant pas des mêmes accès et facilités que les grandes marques et enseignes afin de développer leurs produits, c'est donc naturellement qu'ils s'orientent vers des matières premières de qualité pouvant venir mettre en valeur leur processus manuel de fabrication. Là encore, trouver le juste équilibre n'est jamais chose aisée, et certains pourront faire des choix dictés par un modèle économique visant une rentabilité maximum. Cire minérale et parfums de synthèse peuvent donc composer une bougie "coulée à la main", l'essentiel de l'attention étant alors apportée au packaging. Il appartiendra donc à l'acheteur potentiel que nous sommes de bien lire la liste des ingrédients utilisés, ou à défaut, de poser les bonnes questions au moment de l'achat. Le cas échéant, la meilleure façon de reconnaître une cire naturelle est tout simplement de l'observer et la toucher. Si la matière est très dure et sèche au touché, il s'agit à coup sûr d'une cire minérale, et ce, peu importe sa teinte. Si par contre elle se révèle grasse et laisse un peu de parfum sur le doigt, vous voilà face à une cire naturelle. Elle peut être de soja, d'abeille ou encore de palme (cette dernière étant de plus en plus décriée d'un point de vue éthique et écologique). En ce qui concerne la qualité et l'origine des parfums utilisés dans la composition de la bougie, aucune législation n'oblige à ce jour le fabriquant à l'indiquer sur ses produits. Cependant, un parfum de qualité n'a pas besoin de longs discours pour se distinguer d'un mélange de synthèse. Il conviendra donc de faire confiance à son odorat pour se laisser guider. C'est à l'utilisation qu'une bougie artisanale  révèle tous ses secrets. Si sa force de diffusion répond à nos attentes, c'est que le mélange de cire et de parfum est équilibré. Reste ensuite à apprécier le "brûlage" de la bougie, c'est à dire sa capacité à fondre de manière régulière et plus lente qu'une bougie réalisée à partir de cire de paraffine. Une bougie artisanale de qualité et de taille classique (soit entre 180 et 220 grammes) doit pouvoir vous assurer entre 30 et 40 heures d'utilisation. On peut parfois constater un effet de "creusage", mais celui-ci disparaitra progressivement dans la plupart des cas.

En conclusion, et comme pour beaucoup d'objets disponibles à la vente, le choix d'une bougie se fera selon nos envies, le budget que l'on souhaite lui allouer, mais aussi et surtout au feeling. Choisir un parfum relève souvent de l'émotion qu'il suscite, bien que le flacon qui l'accompagne ait son importance. Il en va de même pour une bougie parfumée ou un parfum d'ambiance. Si des matières premières de qualité composent l'objet de nos désirs, alors il ne fait nul doute que notre choix sera le bon !