2019 : Un temps pour tout, du temps pour soi !

Chaque année, c’est la même chose, on fait un bilan rapide des douze derniers mois écoulés et on finit par se dire qu’on devra faire mieux au cours des douze suivants. Et si pour une fois, nous ne prenions aucune autre bonne résolution que celle de profiter un peu pour soi au lieu de penser aux autres ?

On pourra le juger comme étant de la paresse, ou même une forme de renoncement, de notre côté, nous préférons le qualifier d’égoïsme positif. La terminaison étant à la mode ces dernières années, pourquoi pas ne pas l’utiliser à bon escient ? Bien sûr, on ne peut pas remettre tout à plus tard. Bien sûr, la vie n’attend pas, et notre employeur non plus ! Mais si nous apprenions à faire la différence entre le temps qu’on accorde à ce qui est nécessaire et à celui qui nous ait nécessaire pour pouvoir ensuite donner le meilleur de nous ? Travailler pour vivre ou vivre pour travailler, ne pas remettre à demain ce que l’on peut faire le jour même… Notre belle langue française fourmille d’expressions toutes plus belles et contradictoires les unes que les autres. Alors inventons-en une nouvelle. Une que l’on observera et respectera comme un mantra, un rappel à l’ordre lorsque notre cerveau devient plus chargé qu’une aire d’autoroute un week-end de 15 Août : « Un temps pour tout et du temps pour moi ». Car non, si nous ne prenons pas le taureau par les cornes, personne ne le fera à notre place ! 

Nul besoin de poser une année sabbatique pour se retrouver ou de partir en séminaire dans un monastère pour faire le vide, car soyons réalistes, nous ne tiendrions pas plus d’une semaine avant de constater que faire le tour de soi même peut vite devenir lassant. Non, pensons juste à de toutes petites choses qui peuvent nous permettre de décompresser en attendant de possibles vacances, et surtout à ces mêmes petites choses qui nous aideront à oublier, ne serait-ce qu’une heure par jour, le chaos de nos esprits malmenés par la pollution perpétuelle qui nous entoure. Du temps pour soi, c’est se faire couler un bain et y trainer jusqu’à ce que l’eau refroidisse (oui, on peut y arriver sans sauter sur son smartphone qui lui, sera en mode avion pendant que nous bullons). Du temps pour soi, c’est partir seul marcher au grès de nos envies, équipé d’une grosse écharpe ou d’un parapluie, et respirer, regarder ce qui nous entoure sans devoir tout ramener à nous et nos petits ou gros traquas. C’est aussi s’offrir des fleurs, allumer une bougie, regarder ce film qu’on aime tant mais qu’on ne se donne jamais le temps de revoir, installé bien au chaud au fond du canapé. C’est se préparer un chocolat chaud et commencer la lecture du dernier Goncourt ou du nouveau Chattam (enfin n’importe quelle œuvre qui nous permette de nous focaliser sur autre chose que les drames bien réels des autres). Ecouter cet album qui nous rappelle des moments heureux, s’accorder une sieste emmitouflé dans un plaid aussi doux qu’un de ces jolis rêves finalement interrompu par la sonnerie du réveil le reste du temps. Parcourir un magazine de déco et refaire son intérieur, et pourquoi pas le monde, car oui, rêver est toujours gratuit…

Nous sommes début Janvier, les beaux jours sont encore loin. Comme l’année dernière, nous pouvons foncer tête baissée et subir les choses, ou tout simplement décider de s’accorder une heure par jour. On laisse les appels finir en absence, on décroche au point de ne plus reconnaître ces voix insistantes qui nous appellent, on ferme les yeux, on s’évade, on se défoule, on rit, on rêve, on oublie. Pour une heure, oui, mais juste pour soi… Bonne année !